Biographie

fr30 ru30 en30

« Dès le début de l’enregistrement, j’ai été frappé par la beauté du son, par la profondeur d’une exécution digne des plus grands artistes, en bref, par l’imagination dont fait preuve ce jeune et formidable interprète.
Un CD inoubliable ! A Jonathan Benichou je dis : Bravo ! Mille fois. »

ALDO CICCOLINI

 

Jonathan Benichou s’imprègne de l’héritage des écoles pianistiques, françaises et russes dont il tire une synthèse personnelle, à l’image de ses origines, de cultures multiples.

Il est invité par des festivals renommés, Radio France, Deauville, « Jeunes Virtuoses » à Antibes, Menton, Auvers-sur-Oise, à Strasbourg, le festival de Puteaux. Il est encore l’invité de salles et de lieux renommés comme, à Paris, l’Auditorium du Louvre, le Sénat, la salle Gaveau, le théâtre de l’Athénée Louis Jouvet, la Fondation Polignac, le Palais des Festivals à Cannes, l’opéra de Nice, l’Arsenal de Metz, le Pin Galant à Mérignac.

A l’étranger, il se produit sur les scènes d’Amérique du Nord et du Sud tel que le Carnegie Hall de New York, théâtre culturel de Sao Paulo au Brésil, à la bibliothèque Luis Angel de Bogota, au théâtre Amira de la Rosa de Barranquilla, à l’Auditorium Luis Calvo à Bucaramanga ainsi qu’à l’Université de Medellin, ou encore à la Quinta de San Pedro à Santa Marta en Colombie.

Dans les pays de l’Est, dans la salle de la Philharmonie de Iasi en Roumanie, à la Philharmonie Smetana en Tchéquie, ainsi que au conservatoire de Saint­-Petersbourg, à la Philharmonie de Vladivostok, la Philharmonie de Rostov sur le don en Russie, la salle d’orgue à Chisnau en Moldavie, à la Philharmonie de Tiraspol en Transnistrie, au musée littéraire de Odessa en Ukraine qui, toutes, incarnent des lieux mythiques de la vie musicale. Interpellé par la recherche de nouveaux langages, il compose la bande originale de trois courts métrages en collaboration avec les réalisateurs Nicolas Ganter et Yohan Attal et ne cesse d’approfondir de nouvelles idées sonores liées à divers projets audiovisuels.

En outre, Jonathan Benichou a eu le plaisir d’être réinvité à se produire avec divers partenaires en musique de chambre : Maxime Ganz, Solenne Paidassi, Katarina Jovanovic, Laurent Korcia, Olivier Charlier, le quatuor Diotima, Annie Vavrille, Dimitri Maslennikov, David Galoustov, Yan Orawiec… En soliste avec orchestre, les chefs qui l’accompagnent sont Lionel Bringuier, Misha Katz, Philippe Bender, Jeremie Rohrer, Mikhael Arkadiev, Marco Guidarini

Jonathan Benichou participe à des émissions de radio et de télévision sur France Musique, RFI, Arte, Mezzo, France2France3, TV Moldavie.

Depuis toujours passionné par la musique de son temps, Jonathan Benichou crée des pièces pour piano de Marc­-Olivier Dupin à l’Auditorium du Louvre pour L’Eneide de Virgile en collaboration avec la Comédie française, le quatuor pour clarinette cordes et piano ‘Court Studies’ de Thomas Ades, ou encore la sonate ‘Le Rêve du monde’ d’Olivier Greif pour laquelle il collabore à l’édition avec la maison Symétrie. Il est invité à se produire dans la Fantaisie concertante pour piano et orchestre de Thierry Escaich avec l’orchestre philharmonique de Rouen.

Paru en 2003 sous le label Triton, son premier enregistrement offrant le Trio de Chostakovitch et le Trio d’Olivier Greif avec ses partenaires violoniste Yan Orawiec et violoncelliste Dimitri Maslennikov reçoit les critiques les plus élogieuses de la presse musicale, 5 Diapasons, ainsi que le « Coup de Cœur » du magazine Piano. En 2009, Jonathan Benichou consacre son premier CD en solo au compositeur Alexandre Scriabine, qui est lui aussi récompensé par 5 Diapasons et un Coup de Cœur de la Fnac.

Parmi un très vaste répertoire qu’il approfondit continuellement, Jonathan Benichou voue une véritable passion à l’œuvre de J.S. Bach qui le mène, comme Greif et Scriabine, sur des chemins d’une grande rigueur, et d’une absolue beauté musicale.

Né à Nice en 1981, il débute le piano à 6 ans. Très vite remarqué par ses dons exceptionnels, il donne des concerts dès l’âge de 10 ans, en soliste, ou avec orchestre, dans la classe de Odile Poisson, professeur au Conservatoire National de Région de la ville.

Il entre à 14 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dans la classe de Jacques Rouvier et obtient un Premier Prix avec mention très bien, ainsi que le diplôme de formation supérieure.

Il part ensuite se perfectionner pendant deux ans au Mannes College de New York, dans la classe de Pavlina Dokovska. Il est ensuite invité au conservatoire Tchaikovsky de Moscou par la Fondation Rostropovitch (Russie), et suit les cours de Vera Gornastaeva.

D’autres fondations le récompensent également : la Fondation de France, la Natexis Banque Populaire de Paris.

Jonathan Benichou se perfectionne encore avec Grigory Gruzman à Hambourg en Allemagne, et reçoit parallèlement des conseils de maîtres comme ceux d’Aldo Ciccolini, Jean Yves Thibaudet, Dimitri Bashkirov, Vladimir FeltsmanMicha Katz, Pnina Zalsman et Rena Shereshevskaya.

Parmi les engagements de cette saison, citons des invitations à l’opéra de Nice avec l’orchestre autour de la ballade de Fauré et les variations symphoniques de Franck, un récital autour de Chopin à la mairie de Chambourcy et au Théâtre de la photographie à Nice, ainsi qu’une collaboration avec l’Ensemble Incidentale à Rouen, Paris, Bruxelles…



Comments are closed.